• A qui profite le crime ?

    Ma conviction, étayée par des échanges avec divers homosexuels que je connais, est qu'ils ne demandent pas l'adoption, ni même le mariage. Ils disent clairement que le PACS leur suffit. Il est vrai que je n'ai interrogé que des hommes, pas des femmes.

    Il n'y a donc en réalité qu'une toute petite minorité de la population qui demande cette réforme : peut-être une ou deux sur mille à peu près.

    D'où la question : comment une si infime  minorité a-t-elle pu enclencher les manipulations (que je décris par ailleurs) ? Et aboutir entre autres à l'apparition de ce mépris et cette haine, qui me semblaient jusqu'à récemment dans les débats  l'apanage exclusif des extremistes, en particulier ceux de droite.

    Je suppose que des "gens", des intérêts plus ou moins cachés, ont récupéré et ont manoeuvré pour faire prendre cette mayonnaise. Avec la tendance à la pensée unique, cela a bien marché. Alors me voici avec une théorie du complot, bien peu satisfaisante, je le reconnais. Pourtant, il y a bien dû y avoir une orchestration quelque part. Mais où et par qui ? Je l'ignore. Mais dans cette affaire, je ne crois pas en la génération spontanée.

    Je pense que cette orchestration est faite par des gens qui se fichent pas mal des problèmes des homosexuels ou des enfants de notre pays. Ce que je crois, c'est qu'ils ont la volonté de détruire la famille comme cellule et repère fondamental de la société. C'est contre cette volonté que je réagis par ce mini blog.

    Et si d'aventure l'on réfléchit aux idéologies du XXème siècle qui ont cherché à réaliser cette destruction de la famille, alors on reste pour le moins perplexe...

     

    « Traitement par les medias publicsComptages des manifestants »

  • Commentaires

    1
    Observateur engagé
    Lundi 18 Février 2013 à 12:02

    Je suis d'accord avec vos analyses. Il s'agît peut-être de terminer la révolution étudiantine bobo de mai 68 qui s'est nourrie de slogans percutants et rédoutables malgré leur contraddiction, comme "Il est interdit d'interdire", nés dans les campus de sociologie et psychologie et qui couve toujours sous les cendres. Maintenant cette géniale manipulation sémantique introduit dans la société le cheval de Troie qui lui fera perdre ses dernièrs répères fondateurs. On peut aussi imaginer qu'il s'agisse d'un coup de butoir pour ébranler ce qui reste de l'Eglise, pour la marginaliser et se liberer définitivement de ses préceptes et commandements.    

    2
    Oumbas
    Mercredi 8 Mai 2013 à 15:50

    Dans l'enquête préliminaire à la loi en question, M. Bel avait traité les réprésentants des cultes de lobbystes et avait humilié celui de l'Eglise Catholique en reprochant à cette Eglise de ne plus avoir aucun  penseur, philosophe, écrivain, dignes d'intérêt commme autrefois Bernanos, Teilhard de Chardin, François Mauriac ... Il a ensuite reproché à l'Eglise catholique d'avoir toujours défendu la famille seulement par intérêt, car, d'après lui, l'Eglise aurait toujours vécu sur le dos de la famille. Ce Président du Sénat devrait avoir la sagesse de respecter et traiter autrement le representant de millions et millions de ses concitoyens.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :